Burundi-Education Vulgarisation de la nouvelle méthodologie chez les enseignants du fondamental

Dicky DICKY
By mai 23, 2022 10:43

Partenaires

CARTE DU BURUNDI

CONAPES

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Burundi-Education
Vulgarisation de la nouvelle méthodologie chez les enseignants du fondamental

Les enseignants des communes Mukaza et Muha viennent de bénéficier d’une formation sur l’approche méthodologique de la pédagogie active et participative et l’évaluation des apprentissages au Lycée Municipal Rohero. Toutefois, ces enseignants n’ont pas apprécié l’organisation au niveau logistique car une somme de vingt mille francs par jour était prévue comme frais de déplacement de chaque enseignant concernés par la formation mais n’ont reçu que dix mille francs alors qu’il était prévu vingt mille francs.

En dates du 11 et 12/5/2022, le Bureau d’Études et des curricula du préscolaire et de l’Enseignement fondamental a organisé une formation en faveur des enseignants des communes Mukaza et Muha au lycée municipal Rohero sur l’approche méthodologique de la pédagogie active et participative et l’évaluation des apprentissages. La méthode active et participative est nouvelle méthodologie utilisée dans l’enseignement burundais visant à quitter les anciennes méthodologies jugées trop théoriques et magistrales. Dans cette méthodologie, l’élève est au centre de toute action éducative ou l’élève devient une source de ses apprentissages et l’enseignant un guide et non maître. Au cours de cette formation, on a rappelé aux enseignants les rôles, les objectifs et les types d’évaluations afin d’arriver les aux meilleurs résultats. Ces formations viennent à point nommé car la plupart des enseignants n’ont pas reçu cette formation. Pourtant, les prévisions au niveau logistique n’ont pas été suivies.

La logistique n’a pas bien fonctionné
Tout au début de la formation, le chef de délégation des formateurs a communiqué à tout le monde tout ce qui était en rapport avec la logistique du séjour pendant les deux jours des activités. Une information qui a étonné tout le monde était en rapport avec les frais de déplacement réservés aux enseignants bénéficiaires de la formation. Ces frais étaient différents selon les communes d’affectation. Les enseignants de la commune hôte de la formation c’est-à -dire de Mukaza devraient percevoir 10.000 Francs alors que ceux de la commune de Muha dite  » voisine  » selon leur jargon, vont obtenir le double c’est-à-dire 20.000 francs. Des murmures ont envahi l’auditoire de la grande salle du Lycée Municipal Rohero.

L’explication qui a été donnée et qui était loin de satisfaire tout le monde était que c’est comme cela qu’on l’a fait au niveau national. A la fin de la première journée, c’est au moment où certains enseignants commençaient à percevoir leurs soldes journalières qu’une visite surprise de la Directrice du BECPEF a fait fondre le beurre. On espérait d’elle la réparation de cette inégalité pour que les enseignants de Mukaza puissent jouir des mêmes droits que ceux de Muha. Finalement, elle a apporté la pure des solutions en décidant de retirer la différence soit 10.000 francs par jour aux séminaristes de la commune éducative de Muha. Les enseignants ont crié scandale et ont demandé des explications. C’est ainsi que la Directrice Provinciale de l’Education a été mandatée pour remplir cette tâche. Selon lui une erreur s’est produite dans l’organisation de la formation. Mais les enseignants se demandent où va atterrir cet argent qui leur a été indûment retiré. C’est dans le trésor public ou dans les trésors individuels? Nestor N■

Dicky DICKY
By mai 23, 2022 10:43

Abonnez-vous

Loading

Appels d’offres

Actuellement , nous  recrutons des stagiaires.

Documents à Télécharger

Les documents à télécharger ici

Commentaires récents