Burundi-Education L’introspection des partenaires retiennent trop de défis du secteur de l’éducation

Dicky DICKY
By juin 17, 2022 11:20

Partenaires

CARTE DU BURUNDI

CONAPES

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Burundi-Education
L’introspection des partenaires retiennent trop de défis du secteur de l’éducation
Huit ans après la tenue des états généraux de l’éducation, les défis restent les mêmes. C’est ce qui a été annoncé par les différents partenaires de l’éducation lors des assises des états généraux de l’éducation tenus du 14 au 16 juin 2022 à la Détente au chef-lieu de la Capitale économique du Burundi. Les recommandations assorties de ces assises exigent trop de moyens pour leur mise en application.
« Certes les défis sont nombreux mais ne sont pas insurmontables », dixit Dr François Havyarimana, Ministre de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique. Il décèle les grands défis qui minent le secteur de l’éducation notamment les effectifs pléthoriques dans les écoles tant publiques que privées, le manque d’enseignants suffisants et même ceux qui sont disponibles certains d’entre eux ne sont pas qualifiés, les infrastructures insuffisantes, et par endroit vieilles, le non-respect des engagements de la part de l’Etat… Victor Ndabaniwe, président de la fédération des Syndicats des Enseignants COSSESONA évoque lui aussi les différents problèmes du secteur de l’éducation et un souligné que pour détruire un pays il n‘est pas nécessaire d’avoir des armes de destruction massive mais à coup sûr si on parvient à détruire son système éducatif l’on pourra y parvenir. Et il a conclu que ce n’est pas ce pays que la coalition des syndicats des enseignants veut léguer aux filles et fils du pays a-t-il conclu.
Les défis observés concernent notamment la gestion des flux des élèves/étudiants et le management des ressources humaines dans le système éducatif Burundais. Il a été constaté que la croissance démographique constitue une bombe à retardement si le gouvernement burundais n’intervient pas dans la limitation des naissances. Quant à la politique nationale de la gratuité de l’enseignement au primaire, on observe de classes pléthoriques dans les nombreuses écoles, ce qui handicape la qualité de l’éducation. Malgré les efforts consentis par le gouvernement du Burundi dans la multiplication des infrastructures scolaires, beaucoup d’entre elles sont vétustes et ne donnent pas de confort d’apprentissages aux apprenants.
Au niveau de la qualité de l’éducation, force est de constater que des écoles d’excellence ont été mises en place mais ne suffisent pas au fondamental et au poste fondamental et des pôles d’excellence au sein des institutions universitaires mais le chemin reste long. Et il a été suggérer de multiplier les infrastructures scolaires. A défaut, instaurer un système de double vacation afin de désengorger les classes nombreuses. Au niveau de la recherche et innovation, la recherche se limite aux travaux de mémoires pour les étudiants et encadrement pour les professeurs d’universités. A l’ouverture de ces assises, le Vice-Président de la République, Ir Prosper Bazombanza exhorte les partenaires de l’éducation à échanger sans faux fuyant afin de décortiquer tous les problèmes qui minent le secteur de l’éducation et proposer des voies de sortie.
La mise en œuvre des 29 recommandations des dernières assises de 2014 ainsi que les défis liés à la faible réalisation de certaines et la non réalisation des autres vont être développés. Il est à noter que depuis là, de nouveaux défis sont apparus et exigent de nouvelles stratégies pour y faire face. Au sortir de cet atelier, les participants ont formulé des recommandations qui seront prises en compte dans la politique sectorielle de l’éducation au Burundi se référant aux objectifs du développement durable et du plan national du développement 2018-2027.

Dicky DICKY
By juin 17, 2022 11:20

Abonnez-vous

Loading

Appels d’offres

Actuellement , nous  recrutons des stagiaires.

Documents à Télécharger

Les documents à télécharger ici

Commentaires récents