Burundi-Education Journée de l’enfant africain : le point sur le droit à l’éducation au Burundi

Dicky DICKY
By juin 17, 2022 11:35

Partenaires

CARTE DU BURUNDI

CONAPES

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Burundi-Education
Journée de l’enfant africain : le point sur le droit à l’éducation au Burundi

La journée mondiale de l’enfant africain est célébrée chaque année en souvenir du 16 juin 1976 où des milliers d’étudiants sud-africains ont manifesté à Soweto pour exiger une éducation de qualité. Des centaines d’enfants ont été tués par le régime de l’apartheid en place à l’époque. Aujourd’hui, ce droit d’accès à une éducation de qualité n’est pas garanti à tous les enfants africains. Au Burundi, en dépit de la gratuité de l’enseignement primaire décrétée depuis septembre 2005, de la réforme de l’enseignement de base (fondamental) de 6 à 9 ans en 2010 et de la construction de plusieurs infrastructures, beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école et ceux y vont l’abandonnent à cause du pléthore dans les salles de classes, de la pauvreté des parents et de la violence, sous toutes ses formes: châtiments corporels à l’école et à la maison, abus sexuels, etc…. Les dirigeants sont appelés à mettre en place des mesures fortes pour que tous les enfants puissent avoir accès à l’éducation. Pour cette édition de 2022, la ministre ayant en charge les droits de l’homme a célébré cette journée le mardi 14 juin à Gitega. Elle s’est associée aux enfants handicapés de la capitale politique Gitega.
La célébration de la journée internationale de l’enfant africain est une occasion pour les décideurs de faire une introspection sérieuse et de s’engager à relever les nombreux défis auxquels ces enfants sont confrontés. Le thème retenu pour cette année 2022 est « ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue ».». Un des aspects de cette justice adaptée pour lequel les enfants de Soweto revendiquaient le 16 juin 1976 est l’accès à une éducation répondant à leur aspiration.
En effet, le Burundi a lancé depuis 2010, une réforme importante de son système d’enseignement en introduisant l’enseignement fondamental qui s’étend sur 9ans, répondant ainsi à une recommandation de l’UNESCO qui prône l’élargissement de l’enseignement de base jusqu’à 9 ou 10 ans. L’objectif principal était d’offrir aux apprenants une formation adaptée, leur permettant de pouvoir affronter la vie. Cinq ans avant cette réforme, en 2005, le gouvernement avait rendu gratuit l’enseignement fondamental conformément à l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que « Toute personne a droit à l’éducation, l’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental ». Selon le rapport sur l’évaluation formative de la réforme de l’enseignement fondamental au Burundi de 2013 à ce jour « l’accès des enfants aux trois premiers cycles du fondamental s’est amélioré en raison notamment de la mesure de la gratuité initiée par le gouvernement avec l’appui des partenaires au développement. De l’avis des parents d’élèves, la gratuité de l’école instaurée par la réforme est à saluer bien que la contribution des parents d’élèves soit sollicitée à certains niveaux construction d’écoles, paiement des enseignants vacataires, achat de supports pédagogiques. Le taux brut de scolarisation au fondamental (TBS) se situe au-delà de 100% (134,30% en 2014, 130,90% en 2015 et 121,42% en 2018. »
Pourtant, tous les enfants ne vont pas à l’école
En dépit de ces mesures ci- haut citées, le Burundi n’est pas encore parvenu à envoyer tous les enfants à l’école et ceux qui y vont n’arrivent pas tous à la fin de l’enseignement fondamental. Plusieurs causes, liées les unes aux autres, mènent à l’abandon précoce chez de nombreux enfants. Les salles de classe sont en nombre insuffisant. Le manque de place dans les classes supérieures entraîne une pratique massive du redoublement, néfaste aux élèves. D’autres causes de l’abandon scolaire sont notamment la pauvreté dans les familles qui peut compliquer l’apprentissage d’un jeune élève. Le manque des moyens nécessaires lui permettant de se procurer les matériels scolaires dont il a besoin crée un manque de concentration en classe de l’enfant, ce qui conduit à des échecs scolaires et l’enfant finit par abandonner ses études. Il y a également des parents qui forcent leurs enfants à abandonner l’école pour les appuyer dans les travaux ménagers ou en les envoyant à la recherche du travail. Les autres causes sont, entre autres, les grossesses non-désirées en milieu scolaire ainsi les violences physiques et psychologiques que les enfants subissent à l’école et à la maison.
Des stratégies pour garantir l’accès à l’éducation
Afin de relever tous les défis liés à l’accès à l’éducation, cette dernière devra occuper une place privilégiée dans les priorités de l’Etat. Cela exige une détermination et une volonté politique fermement affichée à tous les niveaux de gouvernement, et un partenariat engagé avec ses partenaires.
Le système éducatif burundais est très sélectif avec des taux de redoublement élevés et des taux d’abandon relativement importants. La déperdition scolaire constitue un point faible du système d’enseignement. Les principales causes qui doivent être maîtrisées sont notamment les besoins spécifiques de certains élèves faibles qui ne sont pas pris en compte, la pauvreté des parents incapables de supporter les charges de l’éducation de leurs enfants, les programmes actuels de l’enseignement qui revêtent un caractère quelque peu exclusif par rapport aux enfants handicapés nécessitant une éducation spécialisée. Il y a donc nécessité d’une refonte des curricula, qui sera soutenue par l’adaptation et la production de tous les supports pédagogiques et la formation des enseignants.
La journée mondiale de l’enfant africain arrive au moment où le ministère de l’éducation nationale et de la Recherche Scientifique organise les états généraux de l’éducation, édition 2022. Plusieurs stratégies sont arrêtées pour redore le blason de son système éducatif. Les bonnes intentions ne risquent-elles pas de terminer leur course aux tiroirs comme les précédentes. RR▄

Dicky DICKY
By juin 17, 2022 11:35

Abonnez-vous

Loading

Appels d’offres

Actuellement , nous  recrutons des stagiaires.

Documents à Télécharger

Les documents à télécharger ici

Commentaires récents