Burundi-Education Carence des enseignants du cours de sciences de la terre

Dicky DICKY
By juin 11, 2022 09:38

Partenaires

CARTE DU BURUNDI

CONAPES

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Burundi-Education
Carence des enseignants du cours de sciences de la terre

La réforme de l’enseignement burundais initié depuis l’année scolaire 2013-2014 a changé fondamentalement le curricula tout azimut de l’enseignement fondamental et post-fondamental. Ces changements sont intervenus pour les cours dispensés mais les enseignants et leurs qualifications sont restés les mêmes. D’aucuns se demandent quelle qualification requise pour être à la hauteur d’enseigner correctement et sans complexe le cours de sciences de la terre?
Le cours de Sciences de la terre a été introduit avec la réforme du post-fondamental. Il est enseigné dans la section de biochimie et sciences de la terre (BCST). Il comprend généralement les matières de géographie physique et de géologie. Ce cours devrait normalement être dispensé par un géologue, or il n’y a pas de géologue pédagogue et les quelques géologues qui sortent de l’université sont rarement embauchés dans l’enseignement.
Les directions des écoles se rabattent sur des enseignants qui ont un volume horaire réduit. Parmi ceux-ci il y a des chimistes, des biologistes, des géographes, des historiens,… Ces derniers disent qu’ils ne sont pas du tout à l’aise face à « une matière purement spécialisée. Certains chapitres nous échappent carrément », dixit un enseignant géographe. Les chimistes sont un peu à l’aise en minéralogie et les géologues en cristallographie. Il y a un manque de repère dans cette matière. Il n’y a pas de suite logique dans ce que j’enseigne poursuit le même enseignant géographe. Les historiens par exemple sont pratiquement déboussolés face à ce cours dont toutes les matières lui sont étrangères mais sont quand même obligé de travailler.
En ce qui est des parties du cours qui leurs échappent, ils essaient de faire des recherches mais disent qu’ils ne sont pas très convaincants.
Quelles sont les conséquences de cet état de fait ?

 » La plus belle fille du monde ne donne que ce qu’elle a ». L’enseignant ne donnera que ce qu’il peut être capable de donner.  » Il devient ridicule à l’enseignant quand un élève éveillé pose une quelconque que question à laquelle l’enseignant n’est pas capable d’y répondre » demande un enseignant. Il se sent diminué, complexé voir humilié, continue l’interlocuteur. Heureusement pour l’enseignant, l’internet est aujourd’hui à portée de main. Les conséquences se transmettent systématiquement à l’endroit des élèves qui auront des apprentissages incomplets et lacunaires parce qu’ils émanent des enseignants qui ne sont pas à la hauteur du cours. Justement pour être à la hauteur du cours,  » il faut avoir des notions largement supérieures « . Corollairement à ce qui est dit ci-haut, les impacts vont s’accumuler et déjà les niveaux des élèves continuent à dégringoler. A qui incombe la responsabilité de ces générations sacrifiées par l’histoire.
Les enseignants qui dispensent ce cours proposent une formation disciplinaire qui viendrait combler ces lacunes qui sont dévastateurs de par leurs conséquences. Cette formation ne va être une simulation comme l’ont déjà remarqué les enseignants, mais une vraie solution aux problèmes qui auront été très bien identifiés. Nestor N■
Si rien ne change, les Etats généraux de l’Education, édition 2022 se tiennent du 14 au 16 juin 2022. Les préparatifs vont bon

Dicky DICKY
By juin 11, 2022 09:38

Abonnez-vous

Loading

Appels d’offres

Actuellement , nous  recrutons des stagiaires.

Documents à Télécharger

Les documents à télécharger ici

Commentaires récents